En route pour l’aventure zéro déchet en Inde

Bye bye la grisaille, les amis, les amours et le chien : vendredi soir, j’ai atterri à Mumbai, aka Bombay, capitale de la province du Maharashtra en Inde. 30°C dehors, les couleurs et la pollution piquent les yeux et je redécouvre le goût et l’odorat.

Je suis ici pour 3 mois, dans le but de faire un stage dans une petite start’up qui s’appelle Skrap. Skrap propose des solutions concrètes aux entreprises et événements pour les aider à réduire et à mieux gérer leurs déchets. Et ça, ce n’est pas une mince affaire, particulièrement dans une ville comme Mumbai. Ici, les déchets coulent à flots et les systèmes de collecte et recyclage sont minimes, voire inexistants. Je suis impatiente de voir l’équipe à l’oeuvre et de contribuer au développement de l’initiative. Mais ce n’est pas tout… Tadadam roulement de tambour !

Si l’esprit zéro déchet me trotte en tête depuis un petit temps, je n’en ai jamais appliqué les principes à 100%. Bien sûr, j’emporte mes sacs à vrac pour faire les courses, mais les boites de nourriture à emporter et les pailles dans mes – nombreux 🙈👀 – cocktails remplissent toujours les poubelles. J’ai trouvé que ce stage chez Skrap était l’occasion parfaite pour m’immerger à fond dans le mouvement et j’ai décidé de me lancer un défi : vivre ces 3 mois en Inde en objectif zéro déchet !

Défi zéro déchet - 3 mois en Inde

C’EST QUOI LE « ZERO DECHET » ?

LE SAVIEZ-VOUS ?

99% des ressources prélevées dans la nature deviennent des déchets en moins de 42 jours.

99% ? 42 jours ? Pas cool, Raoul.

Le zéro déchet, ou « objectif zéro déchet » plus précisément, c’est un mode de vie et un choix de société qui tend à sortir de la surconsommation en s’attaquant à la partie visible de l’iceberg : les déchets. Le zéro déchet propose donc de remplacer – presque – toutes les ressources que l’on perd suite à la mise en décharge ou à l’incinérateur par des alternatives moins coûteuses en ressources. Il s’agit donc de repenser la façon dont on consomme en consommant moins, en privilégiant ce qui dure et en fabriquant davantage par soi-même.

Mais attention, pas juste la barquette de frites en plastique ou le pack de 6 Cococolo ! Non Monsieur, quand on parle de déchets, on entend les résidus inutilisables rejetés tout au long de la vie du produit, de sa fabrication à sa fin. On peut par exemple citer les énergies dépensées en transport, en stockage et en recyclage ou bien les pesticides et teintures déversés dans les eaux et les sols. On privilégie donc également les produits biologiques et locaux : vivre zéro déchet, c’est avant tout financer des systèmes durables.

Et concrètement, comment se traduit cette belle définition à notre petite échelle d’être humain ? L’objectif est de ne plus avoir de poubelle qui ne soit recyclable ou compostable. Pour illustrer de façon pratique les actions à mener, les célèbres 5R –enfin 5R + 1C ici– du zéro déchet peuvent vous guider :

1 REFUSER : On commence par ne pas acheter ce qui produit beaucoup de déchets, tant au niveau de l’emballage, que du produit en lui-même. On évite la robe qu’on va porter une fois et les jouets en plastique qui cassent après 10 minutes. On préfère le durable, le vrac, le local, le bio, les circuits courts. Il s’agit aussi de refuser les bidules gratuits et trucs à donner dont on a pas besoin.

2 REDUIRE: Réduire notre consommation et repenser ce qui nous est réellement utile. Mais aussi, réduire le gaspillage : quitte à acheter, autant user et abuser.

3 REUTILISER ET REPARER : La première étape, c’est de faire durer ce qu’on a en en prenant soin et en réparant. Et quand on a besoin de nouveauté, pourquoi ne pas utiliser les ressourceries, plateformes de seconde main et sociétés de location ?

4 RECYCLER : Le recyclage, c’est la solution en dernier recours, quand on a pas pu éviter un déchet, car les processus sont souvent énergivores et les matières perdent en qualité, la plupart du temps. Pensez à bien vous renseigner sur les consignes de tri de votre commune.

5 COMPOSTER : c’est bon pour les sols, donc c’est bon pour nous ! Un juste retour à l’envoyeur, et le cycle continue.

Pour suivre leur consommation de près, de nombreux warriors zéro déchet conservent les déchets non recyclables qu’ils ont généré. J’ai décidé d’adopter cette pratique et de vous faire, de temps en temps, un petit compte rendu de mes déchets pour mieux comprendre quelles sont les difficultés du zéro déchet. Je n’ai aucune idée de si je vais réussir à partir d’ici avec un petit bocal de déchets ou si j’aurai rempli 18 sacs pleins, mais je suis contente de me plonger dans l’expérience. C’est parti pour le défi zéro déchet du samedi 17 / 03 jusqu’au samedi 09 / 06 !

 

MON BILAN ZERO DECHET – JOUR 1 / 83

Enfer et damnation ! En un jour,  j’écris déjà déchet-S au pluriel !

1- A mon arrivée à l’appartement, j’ai découvert des draps tout beaux tout propres… emballés dans du plastique !
2- Après mon premier repas, j’ai commandé une boisson digestive et je n’ai pas pensé à préciser « sans paille » ! On ne m’y reprendra plus – enfin, j’espère. J’ai désormais glissé une paille en inox dans mon sac et je demande systématiquement les boissons sans paille.

Mais la boisson en question valait le coup ! Le sweet and salt fresh lime soda, ça vous parle ? Très courant à Mumbai, ce petit cocktail surprenant se compose de jus de citron vert, sucre, sel et un peu de cumin mélangés avec de l’eau pétillante ou un soda. C’est délicieux et ça aide à digérer !

Je dois encore m’équiper de quelques outils pour mener le défi à bien :

🌿 Des produits de base pour faire des produits ménagers
🌿 Une boîte pour emporter des petits plats
🌿 Un compost d’appartement ou une solution pour composter

Mais ça, ce sera pour une prochaine fois !

PREMIERES EXPERIENCES A MUMBAI

Défi zéro déchet - 3 mois en Inde

✓ Les premières vaches sacrées

✓ La folie des fruits et légumes en vrac ♥️ Ca devrait bien aider !

✓ Les trains qui filent toutes portes ouvertes, tranquille Emile

✓ Le petit pot de graines de cumin et/ou de fenouil après le repas pour rafraîchir l’haleine. D’ailleurs, c’est une chouette astuce zéro déchet pour remplacer les chewing gum et pastilles, non ?

Défi zéro déchet - 3 mois en Inde

✓ Le chaï et tous les délicieux petits plats

✓ La célèbre Porte de l’Inde, ou Gateway of India à Mumbai ⤵

✓ Mon premier Bollywood au cinéma : Dilwale Dulhania Le Jayenge. Cet incroyable, mythique (et beaucoup trop long) film est a l’affiche tous les jours au Maratha Mandir cinema hall de Mumbai depuis 1995 ! Et la salle était comble ! Les gens en raffolent, connaissent les chansons par coeur et applaudissent à chaque entrée en scène. Moi, je me suis endormie une petite demi-heure sur les 3 heures (le film était en hindi, ça n’aide pas), mais l’expérience, tant sociale que culturelle vaut carrément le détour.

A bientôt et prenez soin de vous 😘

Défi zéro déchet - 3 mois en Inde - Gateway of India

 

2 Comments
  • Alicia Robert (#mali)
    Posted at 13:23h, 19 mars Répondre

    Encore un super article 🙂 et un super pays… Tout cela me rappelle bien des souvenirs mémorables ! Les odeurs et les goûts me reviennent rien qu’à la lecture ! N’oublie pas de goûter les Paneer Tikka Masala et si tu trouves le Locho (spécialité de Surat)
    Bonjour aux vaches sacrées, aux chiens des rues et aux singes qui vole dans les marchés ! Profite de cette expérience à fond, ça passe tellement vite, déjà 5 ans que je débarquais à Bombay :,(
    Tumhe piar karti Hu ❤️

    • Lola
      Posted at 17:12h, 19 mars Répondre

      Merci ♥️ J’ai goûté les Paneer Tikka Masala, délicieux ! Mais en fait, que je n’ai encore rien goûté que je n’ai pas aimé… Le Locho je retiens, j’espère en trouver ! Merci du petit mot, j’vais essayer de remettre tous tes bonjours mais ca va pas être évident ahah 🙈 Le temps passe vite, autant le vivre fort ! Des bisous 😘

Post A Comment

 

%d blogueurs aiment cette page :